arom2018

Author: arom2018

Les apnées obstructives correspondent à un collapsus (fermeture) des voies aériennes supérieures. Une des causes possibles de ce collapsus est la langue. La langue est composée de 17 muscles et quand elle n’a pas sa bonne position de repos dans la journée et qu’elle ne fonctionne pas comme il faut, on observe un manque de tonus de certains groupes musculaires. Lors du repos global du corps la nuit, ce manque de tonus peut amener la base de la langue à basculer en arrière venant obstruer les voies aériennes.

L’objectif est de redonner à la langue son bon tonus et son bon fonctionnement la journée afin de garder ces acquis la nuit (période au cours de laquelle on n’a pas d’action consciente de correction). Cela va permettre de libérer le passage de l’air pendant le sommeil et ainsi d’améliorer les symptômes.

Cette rééducation est complémentaire des traitements par PPC, car pour pouvoir travailler la langue la condition première est d’avoir une respiration nasale permanente et efficace. L’objectif premier sera donc de réapprendre au patient à respirer par le nez mais aussi la respiration abdominale. Cette étape est souvent primordiale chez les patients qui ont des sensations d’oppression respiratoire dans la journée ou d’étouffement avec la PPC. Cela les aide à mieux supporter la PPC, voir à passer d’un masque facial à un masque nasal.

La rééducation peut également accompagner le traitement par orthèse d’avancée mandibulaire. Ce traitement nécessite en effet que les muscles de la face et de la mâchoire soient relâchés afin de permettre l’avancée mandibulaire. Ce travail de relâchement musculaire sera bien entendu accompagné d’un travail de rééducation des dyspraxies linguales si nécessaire afin d’optimiser au mieux l’ouverture des voies aériennes supérieures.