arom2018

Author: arom2018

Mathilde Elind – Kinésithérapeute Bordeaux Quinconces 

Stade d’évolution d’une plagiocéphalie

La plagiocéphalie posturale ou positionnelle devient un enjeu de santé publique dans notre pays, même si le préjudice n’est qu’esthétique et en aucun cas neurologique. Depuis la campagne de positionnement en decubitus dorsal pour limiter l’incidence de la mort subite du nourrisson, mais surtout le développement de dispositifs de puériculture de positionnement des nourrissons, la fréquence de ces déformations devient très importante, de l’ordre de 1 nourrisson sur 4. Ces matériels de puériculture, pour l’immense majorité, contraignent le nourrisson qui est confiné dans une position et voit ses possibilités d’exploration de son environnement largement limitées. La conséquence à court et moyen terme est le développement de ces déformations positionnelles qui peuvent être strictement postérieures (brachycéphalie) ou latéralisées (plagiocéphalie). Là encore, plusieurs marchés lucratifs se sont développés compte tenu de la fréquence de ces déformations. Ce sont les orthèses crâniennes dont le prix varie de 700 à 4400 euros et l’ostéopathie. Ni l’un ni l’autre n’a fait la preuve scientifique de son efficacité versus les recommandations de mobilisation et de portage des nourrissons. Les dernières études montrent que les mesures de positionnement et la kinésithérapie sont les traitements de choix de cette pathologie. Etant remboursée par la sécurité sociale, cette dernière permet d’accompagner durablement les parents vers les bonnes habitudes à avoir avec leur enfant. Dans un avenir proche, chaque professionnel entourant le jeune enfant aura son rôle à jouer dans la prévention des déformations crâniennes positionnelles. 

 

Source : http://mathildeelindkine.com/prevention-des-deformations-craniennes-positionnelles-en-enjeu-de-sante-publique/?fbclid=IwAR29y0LTs2NH4yrhGc09JBBADdJproDNzSpJTwQMTRCGC-p2eB3K_XGIENQ